Vivre avec un handicap, cela signifie souvent vivre et/ou travailler chez soi, et de nombreuses contraintes au quotidien, qui augmentent encore lorsque l’on vieillit. C’est un sujet qui est peu abordé dans le cadre de la maison individuelle, et pourtant, on compte en France environ 5 millions de personnes handicapées (dont 2 millions à mobilité réduite, et 245 000 enfants selon les chiffres du ministère de la Santé en 2010).

La construction de logements adaptés aux handicapés s’est beaucoup enrichie ces dernières années*, dans l’objectif de « supprimer le plus grand nombre possible d’obstacles au déplacement et à l’usage ». Cela passe par différents types de recommandations, qui constituent un minimum légal à améliorer en fonction des possibilités offertes par le terrain sur lequel on fait construire sa maison, les matériaux, les équipements  et les innovations qui ne cessent de fleurir dans ce domaine.

Peu de constructeurs se sont emparés de la question, mais il en est quelques-uns qui proposent des concepts dédiés aux personnes à mobilité réduite : par exemple, les Maisons Barbey-Maillard, a créé une marque spécifique, les Maisons Auton’homes.

Voyons comment les prescriptions règlementaires sont appliquées concrètement dans la construction d’une maison individuelle.

Que l’on soit astreint à une mobilité réduite, malentendant, ou déficient visuel, ou que les ans nous empêchent de vivre « normalement », vivre avec un handicap, cela signifie d’abord arriver aisément chez soi, autrement dit, un cheminement extérieur qui permette de circuler et de se repérer facilement pour entrer chez soi.

Pour ce faire, on pose au sol des repères dits tactiles, qui permettent, au pied ou la canne, ou en fauteuil roulant, de ne pas trébucher et de trouver son chemin jusqu’à l’entrée de sa maison : un matériau spécifique, une plate-bande, une bordure, un muret installés le long du cheminement, dont la pente doit également être inférieure ou égale à 5%, et la largeur suffisante pour la passage d’un fauteuil roulant.

maison auton'home

Chemin d’accès avec revêtement spécial au sol

Ici, on le voit, l’allée est plate et rectiligne, et court tout autour de la maison, pour une circulation facile et sûre. Le revêtement du sol n’est pas meuble, ni glissant en cas de pluie, et le portail est suffisamment large pour laisser passer un fauteuil, une personne marchant avec un déambulateur ou une canne, et aucun obstacle ne gêne la circulation. S’il y avait une marche à franchir, une main courante serait souhaitable. Par ailleurs, l’interphone et la boite aux lettres sont places en position basse.
Les ouvertures de plain-pied sont larges et sans débord ni marche, pour que chacun puisse sortir et entrer dans le jardin sans aucun obstacle. La règlementation impose également que l’on soigne les vues dans les pièces à vivre, de manière à préserver le confort de vie des habitants, et que l’on facilite les accès aux balcons, loggias et autres portes-fenêtres.
L’entrée de la maison doit se faire aisément, et être sécurisée, avec un espace de manœuvre suffisant.

Entrée large et porte adaptée

La porte doit pouvoir s’ouvrir au moins à 90°, et ménager un passage large et aisé, la poignée accessible et facile à manœuvrer (les poignées dites « bouton » sont à éviter car de préhension difficile pour certains).

À l’intérieur de la maison, la circulation doit être fluide et les dégagements et passages de portes doit mesurer au moins 0,90 m partout, également pour l’accès au cellier ou aux cagibis. De la même manière, toutes les installations de commande électrique doivent être positionnées à une hauteur comprise entre 0,75 m et 1,30 m (éclairage, volets roulants, thermostats, etc.), tout comme les dispositifs d’arrêt d’urgence (gaz, eau électricité) qui sont obligatoirement placés à l’intérieur de la maison.

Une maison occupée au moins par une personne handicapée doit être pensée pour que celle-ci puisse utiliser et profiter de toutes les pièces de la maison.

Dans la cuisine, les appareils ménagers doivent être accessibles : l’évier, le plan de cuisson, le four, le réfrigérateur, le lave-vaisselle et/ou le lave-linge, ce qui signifie la plupart du temps qu’ils soient positionnés plus bas que la norme, ou tout au moins partie d’entre eux.

Plan de travail bas dans la cuisine

Dans cette cuisine, on a posé un plan de travail bas pour permettre aux personnes handicapées de préparer à manger, ainsi qu’une table plus basse que la normale.

Dans la salle de bain également, le lavabo, la baignoire et/ou la douche, le WC, le lave-linge doivent aussi être installés pour permettre leur usage à toute personne, quel que soit son handicap, et laisser un passage libre et la possibilité de faire demi-tour avec un fauteuil roulant, tout en assurant l’étanchéité.

salle de bains adaptée aux handicaps

Des aménagements particuliers permettent d’utiliser facilement la douche, la baignoire, les WC, etc : poignées, rampes, accès sans marche ni débord, etc.

Dans la chambre, il doit être possible d’accéder en fauteuil aux 3 côtés libres d’un lit de 1,  x 1,90 m, et une attention particulière sera accordée à la vue de puis les fenêtres, qui devra être plongeante sur l’extérieur en position assise (garde-corps ajouré, allège vitrée, etc.).

Accès à la chambre

Dans le cas de maisons comportant plusieurs niveaux, un escalier adapté doit les relier tous entre eux : largeur minimale de 0,80 m, main courante à une hauteur comprise entre 0,80 m et 1 m, marches inférieures ou égales à 18 cm, et giron supérieur ou égal à 24 cm. Il doit aussi être possible d’y installer un élévateur vertical en cas de besoin.

Les Maisons Auton’homes répondent aux exigences induites par la présence d’une personne handicapées dans le foyer. Réalisées sur mesure et évolutives, elles s’adaptent aux handicaps de chacun et proposent des solutions adaptées en termes d’accessibilités, d’aménagement et d’équipements, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Un conseiller en autonomie, M. John BOUT, répondra à vos interrogations au cas par cas (01.64.13.64.19. ; contact@maison-autonhome.fr)

Pour plus d’informations sur le handicap dans les maisons individuelles, le ministère du Développement durable et Cequami ont chacun publié des brochures illustrées très explicites :

à télécharger :

- http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DGALN_Annexe_7_de_la_circulaire_du_30_novembre_2007_illustree.pdf »

- http://www.effinergie.org/web/images/certification/Cequami/Cequami_GuideAccessibiliteMaisonsIndividuellesSept%2008.pdf

 

* décret du 17 mai 2006, arrêté du 1er aout 2006, décret du 11 septembre 2007, de l’arrêté du 30 novembre 2007, circulaire ministérielle du 30 novembre 2007, arrêté du 3 décembre 2007,  fixant les dispositions prises pour l’application des articles R111-18 à R111-18-7 du code de la construction et de l’habitation relatives à l’accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments collectifs et des maisons individuelles.

ma future maison


Vous souhaitez faire construire votre maison ?

Consultez les différents catalogues de modèles de nos constructeurs, ou les fiches des différents modèles, qui vous aideront à faire votre choix.
Nous vous proposons également de nombreuses annonces de terrains à bâtir, ou d’opérations terrain + maison pour concrétiser votre projet.